retour à la page d'accueil

Technicien(ne) en environnement au troisième degré

L'option en images L'option en images L'option en images L'option en images L'option en images L'option en images

 

Une nouvelle section dans le secteur ‘Agronomie’

La section ‘Technicien(ne) en environnement’ forme aux méthodes d’aménagement et de gestion des espaces naturels tout en développant une approche scientifique des problèmes environnementaux (physiques, chimiques, biologiques) que pose notre rapport actuel à la nature.

Page précédente

L’environnement : un métier d’avenir

L’environnement nous concerne tous. Qu’il s’agisse des milieux naturels ou des éléments constituant notre milieu de vie (eau, air, sol, flore, faune), leur qualité est essentielle à notre survie et à notre bonne santé. Cette prise de conscience amène la nécessité de développer des nouveaux métiers dont le but est d’assurer la protection et la gestion des ressources naturelles, la conservation et la restauration des espaces naturels ainsi que d’encourager la présence de la nature sauvage en ville et à la campagne. C’est pourquoi, le secteur professionnel de la gestion des espaces naturels et de la faune est en pleine évolution. 

L’environnement offre de véritables opportunités professionnelles. Les métiers de l’environnement sont multiples. Tout métier de l’environnement devrait avoir pour but de protéger et gérer la nature et les milieux, tout en prévenant et réduisant les pollutions et les risques, afin d’aménager harmonieusement et durablement les territoires et le cadre de vie, notamment grâce à une sensibilisation et une modification des comportements.
(Source : programme de formation « Technicien(ne) en environnement », 3ème degré de qualification, Humanités professionnelles et techniques, D/2002/7362/3126, disponible en ligne sur http://admin.segec.be/documents/4203.pdf)

Page précédente

La formation de technicien(ne) en environnement à l’ISF

La formation de technicien(ne) en environnement ne s’organise qu’au 3ème degré de l’enseignement secondaire et dure deux ans.

Son contenu

La formation générale, solide et équilibrée, offre une base théorique sérieuse. Il s’agit d’un domaine scientifique qui vise à développer de bonnes connaissances en écologie, en aménagement de l’espace, en gestion environnementale, ainsi que des pratiques d’analyse en laboratoire. La formation vise à développer la fibre « nature », c’est-à-dire de rendre l’élève capable de déceler et d’interpréter les signes que nous donne l’environnement quant à sa santé.

Les grands axes du programme de formation sont :

  • la protection et la gestion des espaces urbains et ruraux au sens large ;
  • la protection et la gestion des milieux dits naturels ;
  • la détection et la gestion des pollutions : protection des ressources en eau, du sol, de l’air…
  • la gestion des déchets ;
  • la gestion de la matière vivante ;
  • l’amélioration de la qualité de vie ;
  • l’information et la sensibilisation en matière d’environnement.

Des visites et analyses de terrain

Le métier de technicien(ne) en environnement est un métier qui s’exerce en partie en plein air. Afin d’appliquer les principales techniques d’analyse de terrain, de nombreuses activités à l’extérieur sont organisées dans le but de :

  • mieux connaître le milieu naturel ;
  • de constater sur le terrain l’impact des activités humaines sur l’environnement (à travers notamment des observations de la flore et de la faune, des prélèvements d’échantillons d’eau, de sol, d’air…) ;
  • de déterminer les travaux d’aménagement et de gestion qui peuvent améliorer la qualité physico-chimique de l’environnement ou l’état de santé des organismes vivant sur un territoire donné.

Des analyses en laboratoire

Les échantillons prélevés seront analysés dans nos laboratoires (3 laboratoires performants à l’école) afin d’apprendre à appliquer les principales techniques de laboratoire d’analyse des eaux, de l’air et du sol.


Evaluation

  • Des évaluations d’intégration (SIPS)

Durant la formation, des épreuves qui simulent des situations concrètes auxquelles le futur technicien en environnement pourrait être confronté sont organisées et sont évaluées par un jury de professeurs et de professionnels du secteur. Ces évaluations, étalées sur les 2 années du degré, conditionneront l’octroi du Certificat de qualification.

  • Evaluation continue

Evaluation des cours de la formation commune et des cours d’option conditionnera l’octroi du CESS.

Un stage pratique

En 6ème année, quatre semaines de stage pratique, réalisé dans les secteurs public, associatif ou privé, contribuent à préparer l’insertion professionnelle des futurs techniciens en environnement, en leur permettant de s’investir de façon concrète dans la gestion de projets environnementaux au sein de leurs lieux de stage. Il peut s’agir, par exemple, de stages réalisés dans des associations naturalistes ou de sensibilisation à l’environnement, dans des laboratoires de recherche, des équipes ‘Espaces verts’ des administrations publiques, dans des réserves ou parcs naturels, ou dans des entreprises ayant un service ‘environnement’.


Grille horaire (module 12)

Formation commune : 20h

 
5e
6e

Religion

2

2

Sciences humaines

2

2

Education physique

2

2

Français

4

4
Formation scientifique
2
2
Formation optionnelle

Néerlandais

2

2

Mathématique

4

4
Activité au choix de l'établissement

Anglais

2

2

Options de base groupées : 16 h

 
5e
6e

Ecologie

4

0

Laboratoire d’écologie

4

4

Techniques de l’environnement

4

4

Aménagement des espaces ruraux et urbains

2

4

Activités d'insertion professionnelle

2

4

TOTAL

36

36

 

A qui s'adresse cette option ?

Cette option passionnera les élèves qui :

  • ont le goût du contact avec la nature
  • s'intéressent aux sciences de la nature et du vivant
  • aiment travailler au départ de situations concrètes
  • disposent de bonnes aptitudes physiques (travail en plein air)
  • ont un intérêt personnel pour les problèmes environnementaux
  • ont de bonnes capacités d’observation et d’analyse
  • une grande autonomie, le sens des responsabilités et du civisme

Qui peut s'inscrire dans cette option ?

La 5ème année est accessible à tout élève ayant réussi une 4ème de l’enseignement général, technique de transition ou technique de qualification.

Diplômes obtenus

Au terme de la 6ème année, l’élève régulier peut obtenir :

  • le certificat de l’enseignement secondaire supérieur (CESS)
  • le certificat de qualification (CQ6)

Page précédente

Débouchés

Les titulaires du certificat de qualification sont armés pour intégrer le marché du travail, vu que l’enseignement technique de qualification prépare les élèves à une qualification reconnue par le secteur public, le monde associatif et le monde de l’entreprise.

Les titulaires du certificat d'enseignement secondaire supérieur (C.E.S.S.) ont accès à des septièmes années du secondaire, développant une spécialisation liée à un des domaines de l’agronomie, mais aussi à l’enseignement supérieur.

Le métier de technicien(ne) en environnement:

C'est la personne qui effectue diverses tâches techniques sur le terrain et en laboratoire afin d'aider aux travaux de recherche sur les espèces animales et végétales et d'améliorer l'aménagement des milieux naturels. Elle réalise, par exemple, des inventaires des populations animales et végétales d'un milieu donné, recueille des spécimens aux fins d'analyse, fait des tests et des cultures biologiques en laboratoire et participe, après analyse d'un site donné, à des aménagements de milieu (ex.: plantation d'arbres, ensemencement de poissons, mesures de lutte contre des insectes nuisibles) susceptibles de favoriser le développement de la faune et de la flore et de protéger l'écosystème. Elle veille à faire preuve de méthode et de minutie dans ses travaux de recherche afin d'assurer la fiabilité scientifique des résultats.
(SIEP, fiche métier ‘Technicien(ne) en environnement”, http://metiers.siep.be/metier/technicien-technicienne-environnement/)

Le technicien en environnement s’investit complètement dans ses missions de protection et de gestion d’un territoire ; il veut améliorer le cadre de vie. Il développe son sens de l’observation et sa capacité d’analyse. Comme il assure une fonction de relais ou la direction d’une équipe de terrain, il exerce ses compétences d’écoute et de communication. Il prend des initiatives et se montre efficace : dès qu’il observe une pollution, des facteurs de risque ou une infraction à la législation, il alerte les conseillers responsables ou les autorités compétentes.

Le technicien en environnement est donc un des acteurs incontournables de l’environnement. Il s’implique donc dans la protection de celui-ci. Il exerce une fonction relais entre les concepteurs, possédant une formation de niveau supérieur, et les équipes de terrain, responsables de l’exécution.

Les grands pôles d’activités du technicien en environnement

  • Le technicien en environnement assure la protection et la gestion des espaces verts en ville et en milieu rural.
  • Il contrôle la qualité des eaux et signale toute altération.
  • Il prévient les risques de perturbation des milieux naturels.
  • Il détecte et mesure les pollutions de l’air et du sol ; il essaie de réduire celles-ci et leurs effets.
  • Il participe à la gestion des déchets.
  • Il exerce aussi une fonction de relais entre les conseillers en environnement et les équipes de terrain qu’il peut diriger.

Études ultérieures

Voici quelques exemples de formations complémentaires, développant des spécialisations propres au secteur de l’environnement, qu’il est possible de suivre en horaire décalé :

  • Guide-Nature (Cours principalement le samedi, 2 ou 3 ans): http://www.guide-nature.eu/Lieux/Bruxelles.html
  • Guide ornithologique (un soir/semaine + activités de terrain, 3 ans): http://www.natagora.be/formationornitho

  • Botanique (un soir/semaine, 3 ans): http://www.natagora.be/index.php?id=formation_botanique

  • Ethologie (2 soirs/mois + certains week-end, 2 ans) : http://www.natagora.be/index.php?id=formation_ethologie

  • Apiculteur (Cours le dimanche matin, 2 ans) : http://www.api-bxl.be/index.php/rucherecole

  • Animateur nature (un soir/semaine, 7 jours sur le terrain et un stage, en 1 an): http://www.jeunesetnature.be/sur-jn/formations

  • Maître-maraîcher (10 à 15 séances sur une année) : http://www.potagersurbains.be/Formation-Maitre-maraicher.html

  • Maître composteur (10 séances + un stage, en 1 an) : http://www.wormsasbl.org/index.php?tar=activite&id=37&sel=3&ssel=1

Pour connaître l’ensemble de l’offre de formations existant dans le secteur, voir : http://www.reseau-idee.be/formations/liste_form.php

 

    • 7ème année de l’enseignement secondaire technique :

      • Gestionnaire des ressources naturelles et forestières ;

    • Études supérieures de type court :
      • Ex. : Bachelier en gestion de l’environnement, en architecture des jardins et du paysage, en agronomie, en écologie sociale, en commerce et développement…

    • Études supérieures de type long :
      • Ex. : Sciences agronomiques, architecture du paysage…

    • Études universitaires :
      • Ex. : Bioingénieur, sciences et gestion de l’environnement…

Bien que les études supérieures de type long et les études universitaires soient théoriquement accessibles à tout détenteur du CESS, nous attirons l’attention sur le fait qu’une formation technique qualifiante n’a pas pour objectif de préparer à un tel niveau d’études. Toutefois, un élève motivé et disposant d’un réel esprit scientifique peut être amené à réussir de telles études.

(Pour plus d’informations sur les études secondaires complémentaires liées à l’agronomie, consultez la page http://www.enseignement.be/index.php?page=25743; pour plus d’informations sur les études supérieures, voir GO4SUP, l’outil de géolocalisation de l’offre de formation de l’enseignement supérieur de la Fédération Wallonie-Bruxelles, http://www.enseignement.be/index.php?page=26274)


Contacts

Pour contacter les professeurs responsables de l'option, merci d'écrire à l'adresse :

environnement@sainte-famille.be